Les circuits courts

En développant des circuits courts, agriculteurs, élus, citoyens ou acteurs locaux transforment leur territoire : ils consolident des activités économiques, retissent du lien social, limitent les intermédiaires et les transports... Ils répondent en outre aux
nouvelles attentes des consommateurs : respect de l'environnement, des conditions sociales des travailleurs, du bien-être animal, soutien à l'économie locale...

Marché de Déols

  1. Qu'est-ce qu'un circuit court ?
  2. Circuits courts et logistique
  3. ID en campagne
  4. Portrait d'un exploitant en circuit court
  5. S'installer en circuits courts
  6. Rencontre avec les professionnels de la restauration scolaire
  7. Visite de la cantine du Poinçonnet
  8. Croq local

En général le terme de circuits courts évoque un nombre d'intermédiaires réduit et une faible distance entre le producteur et le consommateur.
Depuis avril 2009, le ministère de l'agriculture propose une définition : les circuits courts se caractérisent par un mode de commercialisation des produits agricoles qui s'exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte, à condition qu'il n'y ait qu'un seul intermédiaire.

Les avantages des circuits courts
- un commerce plus juste qui rémunère le producteur et permet au consommateur d'accéder à des produits de qualité
- le renforcement du lien producteur / consommateur : meilleures connaissance des modes de production, amélioration de la qualité, éducation au goût, à l'environnement...
- le maintien et l'installation de producteurs
- le renouvellement de la coopération entre producteurs (les circuits courts amènent les producteurs à s'associer pour partager leurs ressources : matériel en commun, outil de transformation)
- la contribution au développement local : nouvelles installation, valorisation de variétés locales, entretien des paysages et impacts sur le tourisme, la restauration, l'artisanat... .

Optimiser et intensifier la distribution des produits locaux

potagers vellesLe Pays Castelroussin et le Parc naturel régional de la Brenne ont engagé depuis plusieurs années un travail visant à développer l'approvisionnement en circuit court des restaurants scolaires de leur territoire au travers de différentes actions d'information, de formation et de sensibilisation, en direction des prescripteurs de la restauration et des producteurs locaux.
Il s'agit maintenant d'aller plus loin en développant un outil logistique permettant d'optimiser et d'intensifier la distribution des produits locaux en restauration collective.

Pour favoriser l’approvisionnement local de la restauration collective, le Pays Castelroussin et le Parc Naturel Régional de la Brenne ont engagé ensemble une étude de faisabilité pour mettre en place des outils logistiques et commerciaux, en partenariat avec la Chambre d'Agriculture de l'Indre et l'Association des Producteurs Fermiers du Pays Castelroussin. Une association a été créée pour poursuivre cette action et une animatrice a été recrutée.

Association d’Approvisionnement Local pour la Restauration Collective : recrutement d'une animatrice

creation association

Elise Brahy, animatrice commerciale, a été recrutée le 14 novembre dernier, pour mettre en place les outils logistiques et commerciaux permettant d'optimiser et d'intensifier la distribution des produits locaux en restauration collective. 

L'association porteuse de ce projet est née le 24 janvier 2017 lors de l'assemblée générale constitutive. Il s'agit là de l’aboutissement d’un travail de plusieurs années, entre différents partenaires (Pays, PNR, chambre d’agriculture et l'Association des producteurs fermiers du Pays Castelroussin).

Le conseil d'administration a été installé lors de cette assemblée.

Consulter la liste les membres du conseil d'administration cliquez ICI

Élection des membres du bureau lors de l'assemblée générale du 2 février 2017 :

  • Co–président (producteur) Philippe Lelan
  • Co–président (restauration collective) Raynald Ingelaere
  • Trésorier Laurent Sabourault
  • Secrétaire Christian Gombert
  • Membre Robert Chaze

Développer l'introduction des produits locaux et/ou bio dans les restaurants scolaires

id campagneLe dossier déposé en 2012 au conseil régional a pris fin en juin 2014. Le dispositif ID en campagne a permis de développer de façon significative l'introduction des produits locaux et/ou bio dans les restaurants scolaires et par conséquent, la production elle-même.

Un bilan très positif a été dressé :
sensibilisation de 6 cantines ou restaurants scolaires du Pays : Déols, Méobecq, Villedieu, Mâron, Buzançais et Le Poinçonnet en livraison de menus.

Evolution des repas livrés :

  • Année scolaire 2011-2012 : 1 020 repas
  • Année scolaire 2012-2013 : 3 430 repas
  • Année scolaire 2013-2014 : 4 480 repas

Et en gré à gré :
Villedieu, Buzançais, Méobecq, Arthon (via l'épicerie fournie par Laurent Desfontaines), Châteauroux, Déols, St Lactencin, Le Poinçonnet, Jeu les Bois.

Approvisionner la restauration collective dans son ensemble (restaurants administratifs, hôpitaux, maisons de retraite...)

Certains problèmes n'ont pas été résolus (la logistique) et certaines actions doivent être maintenues (sensibilisation des restaurants scolaires, démarches "commerciales" vers les restaurants scolaires, pour maintenir le niveau de commandes).
Pour répondre à ces difficultés et permettre la continuité de ces actions, il a donc été demandé au conseil régional de pouvoir présenter un nouveau dossier ID en campagne dans la continuité du précédent.

Par courrier en date du 8 octobre 2014 le conseil régional a donné un avis favorable à cette demande.
Cette deuxième phase doit concerner l'approvisionnement de la restauration collective dans son ensemble (restaurants administratifs, hôpitaux, maisons de retraite...)

Un dossier est donc en préparation sur un territoire élargi puisque le projet est monté en partenariat avec le PNR Brenne.

L'initiative d'une durée de 2 ans (septembre 2014 à août 2016) comportera 4 projets :

  • Le recensement de l'offre (les producteurs) et de la demande (les consommateurs) : cette phase diagnostic est en cours par les partenaires (APFPC, GDAB, Chambre d'agriculture, PNR, Pays) ;
  • Une étude de faisabilité qui doit faire l'objet d'un appel d'offre intitulé : accompagnement à la définition d'outils de mise en relation commerciale entre producteurs et restaurations collectives. Cette étude, qui partira des données du diagnostic ci-dessus, portera sur les aspects logistiques de l'amont et de l'aval : commandes, collecte, distribution des produits, facturation, paiement... ;
  • Expérimentation de l'outil sur une période d'un an ;
  • Accompagnement et démarches commerciales : cette phase transversale s'effectuera en continu sur les deux ans de l'initiative.

Philippe Moreau : céréalier et producteur de volailles fermières


Philippe MoreauPhilippe Moreau, s'est installé en 1992 sur une exploitation céréalière familiale de 110 hectares.
En 1995, il s'agrandit avec l'achat de 12 hectares et en 1997, faute de pouvoir s'agrandir encore, il décide de se diversifier dans la production et la transformation de volailles, dont l'alimentation est produite sur l'exploitation.
Il produit alors 30 à 40 poulets par mois pour tester le marché. La vente se fait par le bouche à oreille. Cela fonctionne bien, la demande augmente, il doit investir pour se développer.

Laboratoire

En 2000 il produit 150 à 200 poulets par mois, en 2013 il produit 600 poulets par mois, 1200 pintades par an, 800 dindes par an et pour les fêtes, des oies des chapons, des poulardes et des dindes noires.
Il lui aura fallu investir environ 98 000 euros pour développer son activité.
Philippe Moreau aime ce qu'il fait, il n'aurait pas pu en être autrement. Il travaille avec les restaurants scolaires et la vente en directe à la ferme.

Le Pays Castelroussin et la Chambre d'agriculture de l'Indre, ont organisé le 15 novembre, une rencontre avec des agriculteurs déjà installés ou candidats à l'installation, qui souhaitent travailler en circuit court.
Une dizaine de personnes ont assisté à cette journée et ont été informées sur les aides financières qui peuvent être accordées au travers du contrat régional de Pays. Les conditions de réussite d'une installation en circuit court, le parcours à l'installation, et les risques possibles leurs ont aussi été présentés.
Les participants ont pu visiter l'exploitation de Philippe Moreau installé à Saint Lactencin et échanger avec lui sur son expérience.

Journée découverte : s'installer en circuit court

Visite d'exploitation

 

« Entre éducation, développement local, santé et plaisir : améliorer la qualité de l’alimentation dans les restaurants scolaires du Pays Castelroussin »

id campagneC'est dans le cadre de  cette action , que le Pays Castelroussin, l'Association des producteurs fermiers du Pays Castelroussin (APFPC), le Groupe de développement des agriculteurs biologiques (GDAB), et le Comité départemental d’éducation pour la santé(CODES 36) ont souhaité rencontrer les professionnels de la restauration scolaire et les élus, afin  de  faciliter les échanges  et le  partage de  pratiques.

 Deux rencontres ont été programmées, la première s'est déroulée le 5 juin 2014 à Niherne. Les thèmes abordés étaient : le goût, l'éducation alimentaire et le gaspillage.

La rencontre du 26 juin, était animée par Annabelle Desaix, diététicienne au CODES 36. Une quizaine de personnes étaient présentes (élus en charge de la cantine, diététiciennes, cantinières, responsables de cuisines, cuisiniers).
La synthèse des ateliers, organisés lors de la précédente rencontre, a été présentée. Puis les participants ont été conviés à réaliser un exercice. Il s'agissait de définir ce qu'est un circuit court.

Ensuite, ils ont pu déguster des produits préparés de façon originale, pour rappeler que l'on peut varier les goûts par l'assaisonnement et ainsi faire manger aux enfants des produits qu'ils n'apprécient pas en général. (voir les idées de recettes ci-dessous).

 

002510 rencontre cantiniere 26 juin 2014 002518 rencontre cantiniere 26 juin 2014
 Les participants (es)  Annabelle Desaix - CODES 36
002537 rencontre cantiniere 26 juin 2014 002539 rencontre cantiniere 26 juin 2014
 La dégustation
 Recettes pdf 5656

visite cantine du poinconnet

De gauche à droite sur la photo :
Dominique Soulas (responsable du restaurant scolaire) - Michaël Ménétrier et Gilles Robin (à la production)

L’Association des Producteurs Fermiers du Pays Castelroussin (APFPC) propose aux communes  du  Pays  de  mettre  en  place  un  approvisionnement  en  produits  locaux et/ou  bio  au  sein  de  leurs  restaurants  scolaires.

Afin d’échanger autour  de  cette  question, des  visites  d’exploitations  agricoles  et  de  restaurants  scolaires  sont régulièrement  organisées  par  l’APFPC.  Elles  s’adressent  à  tous  les  acteurs  des collectivités  en  charge  de  la  restauration  scolaire  (élus,  agents  des  collectivités, cuisiniers…), ainsi qu’aux élèves et parents d’élèves.  

visite cantine du poinconnet-2

Depuis  début  2012,  plusieurs communes soutiennent ce projet et intègrent des produits issus de la production locale dans leurs menus. C'est le cas de la commune du  Poinçonnet qui a ouvert les portes de sa cantine, le 2 juillet 2014, pour une visite guidée, qui a été suivie d'une visite du magasin « Au goût fermier ».

Une vingtaine de personnes ont assisté à cette visite. Le restaurant scolaire du Poinçonnet prépare 400 repas par jour. Le mercredi 40 repas sont dégustés par les enfants du centre aéré.

4 personnes travaillent à la production et 2 font le service.

Pour un service il faut entre 40 et 50 kg de viande. Les menus sont préparés 3 à 4 semaines à l'avance, et avec l'arrivée du nouveau logiciel, ils seront élaborés plusieurs mois à l'avance. En effet, ce logiciel devrait permettre, en fonction des données rentrées pour chaque menu, de prévoir les quantités à commander, afin d'informer les producteurs des commandes à venir.

logo croq local

L'alimentation est un déterminant majeur de santé et son apprentissage commence à l'école et dans les restaurants scolaires. Dans cette optique, la loi de modernisation de l'agriculture de juillet 2010 a fixé à 20% la quantité de produits utilisés d'origine locale et/ou biologique en restauration scolaire.

Le Pays Castelroussin Val de l'Indre, le GD CIVAM de l'Indre, l'ADAR CIVAM, le CIVAM de Valençay et Pays de Bazelle, le CPIE Brenne Pays d'Azay, l'URGC, le PNR de la Brenne, le GDAB 36, l'APFPC, ont souhaité s'unir pour organiser et structurer à l'échelle départementale, ce qui se pratique localement, pour l'approvisionnement de la restauration scolaire en produits locaux et/ou bio.

Dans le département de l'Indre de nombreuses structures sont déjà très investies dans la sensibilisation et la mise en œuvre de l'approvisionnement des restaurants scolaires en produits locaux et/ou bio. Elles ont souhaité unir leurs efforts pour organiser une rencontre "Croq'local" afin de permettre la mise en commun et la diffusion de leurs expériences.
Une cinquantaine de personnes étaient présentes.

Au programme, des visites d'expériences, des ateliers, un échange par visioconférence et pour clôturer cette journée un buffet offert.

Les participants ont pu visiter selon leur choix, le restaurant scolaire de Déols, la boucherie de la Ferme à Châteauroux et la ferme de Beaumont à Déols (producteurs de fromage de chèvre bio).

Visite de la cuisine du restaurant scolaire de Déols
Visite du restaurant scolaire de Déols

Ensuite différents ateliers se sont déroulés, sur différents thèmes :

  • Comment privilégier les produits locaux dans le cadre des marchés publics ?
  • Comment concilier dans son budget l'introduction de produits locaux et coût de matière première ?
  • Circuits courts et école : exemple des foulées du Parc
  • Comment faire prendre conscience au public scolaire de l'intérêt de consommer des produits locaux ?
  • Comment communiquer sur sa production auprès de la restauration scolaire ?
  • Comment mettre en place une planification adaptée à la restauration collective ?
  • La sucrine, un trésor facile à cuisiner
  • Comment mettre en place concrètement une restauration collective responsable ?
  • Comment concilier réglementation du GEMRCN et introduction de produits locaux ?
  • Comment agir sur l'approvisionnement local quand on est parent ?

Chaque personne pouvait participer à 3 ateliers au choix.

Atelier 1 croq'local Atelier 2 croq local
Comment privilégier des produits locaux dans le cadre des marchés publics  Comment concilier dans son budget l'introduction de produits locaux et coût de matière première ?
Atelier 4 croq local Atelier 10 croq local
 Circuits courts et écoles : exemple des foulées du Parc La Sucrine du Berry, un trésor facile à cuisiner
Atelier 4 croq local Atelier croq local
Comment faire prendre conscience au public scolaire de l'intérêt de consommer des produits locaux ? Comment concilier réglementation du GEMRCN et l'introduction de produits locaux ?
Atelier croq'local Ateleir croq'local
 Comment mettre en place une planification adaptée à la restauration collective ? Comment mettre en place concrètement une restauration collective responsable ?

Puis, un état des lieux des actions mises en place par les différents partenaires a été présenté.

Enfin, une visioconférence a été réalisée afin de partager l'expérience de la Communauté de communes du Seronnais, qui travaille en circuits courts pour approvisionner ses restaurants scolaires.

Visioconférence croq local
Visioconférence avec M. Rouch de la communauté de communes du Seronnais


Cette rencontre s'est terminée par un buffet avec dégustation de la sucrine du Berry cuisinée par Eric Gaulon (Restaurant La Forge à Lys st Georges) et par des produits du terroir.

Eric Gaulon Sucrine du Berry Buffet croq'local
Eric Gaulon
Restaurant La Forge à Lys st Georges
Produits à base de sucrine du Berry Dégustation de produits locaux

TPL_BEEZ5_ADDITIONAL_INFORMATION