Opération collective : plantation de haies

Dans le cadre du Contrat régional (2012-2017) le Pays Castelroussin et différents acteurs s’associent pour lancer une opération collective de plantation de haies champêtres, de bosquets et d’alignements d’arbres.
Elle est destinée à préserver et à valoriser les spécificités paysagères et la biodiversité du territoire
La haie est une structure végétale linéaire pouvant associer différentes espèces qui poussent librement, ou non si la haie est entretenue. Souvent utilisée comme clôture la haie est aussi un refuge où la vie sauvage se concentre et se replie.

Cette opération s’adresse aux communes, intercommunalités, pays et associations, ainsi qu’aux exploitants agricoles ou structures agricoles collectives.

Seuls les plants et fournitures inscrits dans le cahier des charges sont subventionnés.

80 % du coût TTC des plants et fournitures nécessaires aux plantations sont pris en charge grâce aux fonds du contrat régional, 20% maximum restant à la charge du bénéficiaire qui assure également la plantation.

logo haies-3 region cvl bloc-marque-255x109 logo chambre agri quadri-petit logo indre nature logo fed chasseurs
  1. Histoire des haies
  2. Opération 2014
  3. Témoignage
  4. Opération 2015
  5. Visite
  6. Opération 2016

Plantées en Europe et en France dès l’Antiquité, au Moyen Âge  elles ont permis aux paysans d’avoir accès au bois, alors que les seigneurs détenaient l’accès à certaines forêts, notamment pour la chasse. Les haies fournissaient le bois de chauffage, le bois pour l’exploitation, les fruits ... .

On les retrouve plus fréquemment à partir du XVIe et du XVIIe siècles. On les utilisait alors pour clore son terrain et délimiter sa propriété mais également pour éviter la divagation des animaux domestiques.
La mise en place de haies s’est progressivement intensifiée et a ainsi façonné le paysage rural jusqu’à la révolution industrielle.

En France, le remembrement des années 1960 à 2000 a abouti à l’augmentation de la taille des parcelles et à la suppression des haies, des talus et des fossés.  Plusieurs dizaines de milliers de kilomètres de haies ont ainsi disparu.

Les haies ont un rôle de régulateur microclimatique car elles offrent de l’ombre, une protection contre les vents froids et captent la chaleur pour la restituer progressivement.

Elles interviennent aussi dans la régulation hydraulique et la protection des sols. S’opposant au ruissellement et favorisant l’infiltration de l’eau le long de ses racines, la haie contribue à améliorer l’alimentation des nappes phréatiques et à limiter les risques et effets des sécheresses et/ou des inondations.

Les haies contribuent à la préservation et restauration de la biodiversité.
Dans le contexte actuel de forte réduction de la biodiversité, elles aident à préserver ce qui peut encore l’être en formant des corridors écologiques pour la faune,   permettant de relier des sites de nourrissage, de repos, d’hibernation, de reproduction, etc.

Le Pays s’est entouré de ses partenaires habituels, la Chambre d’agriculture, la Fédération des chasseurs et Indre Nature pour élaborer le cahier des charges de l’opération. Ensuite chacune des structures a recensé les potentiels bénéficiaires.

remise essences haies-2

Quelques bénéficiaires de l'opération 2014 avec le vice-président du Pays Castelroussin Jacky Devolf

Tous les projets entrent en tout point dans le schéma régional de cohérence écologique*, et s’inscrivent dans l’objectif de restauration et de continuité des corridors écologiques identifié par l’étude en cours d’élaboration de la trame verte et bleue sur le territoire du Pays castelroussin et des communes limitrophes.

En moyenne une journée 1/2 a été  nécessaire pour chaque projet : visite de terrain et montage du dossier, hors temps de plantation.

remise essences haies-3

Remise des plants aux bénéficiaires de l'opération 2014

François Moreau : bénéficiaire en 2014
L’exploitation agricole de François Moreau se situe sur la commune de Diors. En 2014, il a bénéficié de l’aide financière de la région pour planter des haies sur ses terres.
Il témoigne de son expérience et nous apporte un éclairage sur ses motivations.

colza

Planter dans la durée, pour durer !!!

Planter une haie soit en strate buissonnante, arbustive ou arborescente relève d’une réflexion sur du long terme.
En effet, depuis 12 ans, j’ai mis en place sur mon exploitation tout un processus en faveur de la biodiversité (bandes enherbées, haies arbustives).
La réflexion a été menée avec un groupe d’agriculteurs puis mise en place sur le terrain en partenariat avec des associations compétentes aussi bien dans le domaine floristique que faunistique.
Suite aux diagnostics en année N puis en année N+5 (élaborés par Indre Nature), j’ai pu remarquer quelques changements sur mon exploitation : retour dans quelques bandes enherbées de certaines espèces remarquables (comme l’orchidée Ophrys abeille), d’un auxiliaire très utile (le carabe), du héron cendré, que je ne voyais pas auparavant, venant se nourrir de mulots dans ces même bandes enherbées... .
C’est donc tout naturellement, que je me suis dit qu’il fallait que je continue à faire évoluer mon schéma de biodiversité sur mon exploitation. J’ai donc décidé de replanter
(avec l’appui du Pays Castelroussin et toujours en partenariat avec Indre Nature), un alignement d’arbre sur une de mes bandes enherbées ; l’objectif étant de créer un second réservoir écologique venant prendre appui sur le premier : la bande enherbée. Le tout, dans la configuration de mon exploitation, étant de constituer un corridor entre deux bois existants.

Créer ou recréer une diversité écologique sur son exploitation, c’est ne rien faire d’extraordinaire, d’être logique comme la nature peut l’être, de s’entourer de compétences et enfin prendre plaisir à « fabriquer » la biodiversité de son exploitation.
En ce qui concerne le volet économique, sachez que si cela ne rapporte rien, cela ne coûte rien non plus !!!!

Le Pays, la Chambre d’agriculture, la Fédération des chasseurs et Indre Nature, partenaires de l'opération ont recensé les 7 bénéficiaires pour 2015. Les plants ont été remis le 2 décembre à la Chambre d'agriculture.

remise essences haies 2015

Visite de plantations en 2016

 visite plantation haies 2016-364Des visites d'exploitations agricoles étaient prévues le 7 juin 2016, chez deux bénéficiaires de "l'Opération collective de plantation de haies" de 2014.
Cela fait presque 2 ans que les différentes essences ont été mises en terre pour former une haie, espace où la biodiversité peut se développer en y trouvant un refuge et de la nourriture.
Nous avons eu la chance de croiser un Syrphe, insecte qui arbore des rayures jaunes et noires le faisant ressembler à une abeille ou une guêpe et qui n'est autre qu'un membre de la famille des mouches. Il est inoffensif et ne pique pas. Il se nourrit de pollen et de nectar, participant ainsi activement à la pollinisation.
Au final, tout le monde y gagne, parole d'agriculteur !

visite plantation haies 2016-368

Le Syrphe insecte pollinisateur de la famille des mouches

 

visite plantation haies 2016-362

visite plantation haies 2016-382

Aiguroles à Saint-Maur chez M. Réau

 L'Age à Diors chez M. Moreau

visite plantation haies 2016-385

visite plantation haies 2016-393

 Un plant de noyer chez M. Moreau

 L'Age à Diors chez M. Moreau

visite plantation haies 2016-396

 visite plantation haies 2016-401

 M. Moreau en compagnie de Benjamin Culan

technicien à la Chambre d'agriculture

 Après l'effort le réconfort...

 Remise des plants 2016 : témoignage de Loïc Cosset, maraîcher BIO

Cette année, la remise des plants a eu lieu le 9 décembre à l’association Indre Nature. Loïc Cosset, exploitant basé à Chézelles, est un des bénéficiaires de l'opération 2016, il nous a expliqué pourquoi il souhaite planter des haies sur ses terres.

loic cosset haies 2016
Loïc Cosset

Ce jeune producteur s'est installé en 2013 sur une parcelle d'un hectare . Aujourd'hui, grâce aux agriculteurs voisins, c'est 4,5 hectares dont il dispose pour cultiver des fruits et légumes BIO.
L'idée de planter des haies s'est imposée à lui pour plusieurs raisons : protéger ses cultures du vent, des pulvérisations sur les parcelles voisines et pour offrir aux auxiliaires (insectes protecteurs)un habitat naturel. Ainsi, dès mardi prochain, environs 450 plants vont être plantés sur deux rangées de 225 m de long chacune.